Dents blanches, à quel prix ?

Posted on 07/12/11

0


La pratique du blanchiment des dents est en constante augmentation et constitue un véritable problème de santé publique. C’est ce que soulève l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé qui rappelle les risques liés aux pratiques ou à l’utilisation de produits qui ne respecteraient pas les dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

Les dérives des produits proposés sur la toile ou encore la multiplication des salles de blanchiment qui proposent des packages miracles en quelques minutes, sans le moindre avis médical, méritent la plus vive méfiance.

Cette pratique à visée esthétique est effectivement susceptible d’exposer à des risques sanitaires, surtout si le traitement est renouvelé fréquemment et si les produits utilisés contiennent ou libèrent du peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée) à une teneur supérieure à la concentration maximale autorisée par la réglementation en vigueur pour les produits d’hygiène buccale, soit 0,1%.

Ces produits peuvent entraîner une hypersensibilité des dents, une altération de l’émail pouvant conduire à une usure prématurée et même à une fragilisation des dents, ainsi qu’une irritation des muqueuses inhérente à la causticité du produit.

Votre dentiste procédera à un détartrage par le passage d’une polisseuse  rotative enduite d’une pâte qui permet d’enlever des tâches sur les dents, suivi d’un rinçage de la bouche – ce qui n’est pas le cas des salles de blanchiment – et pourra si l’état des vos dents et de la muqueuse le permettent, procéder à un blanchiment.

Evidemment, il est possible de recourir à quelques produits vendus en parapharmacie à moindre coût. Les dentifrices « blancheur » n’ont pas d’action significative sur la durée. Ils contiennent pour la plupart du bicarbonate de soude et certains fabricants ajoutent une coloration bleutée qui permet de donner une illusion blancheur par effet de contraste. Le gel de blanchiment « Rembrandt Travel White » prétend en outre offrir offre un programme quotidien sur mesure, peu contraignant avec des résultats rapides. Néanmoins, le peroxyde de carbamide ainsi que le peroxyde d’hydrogène qu’il contient décolorent par oxydation les pigments qui colorent l’émail dentaire, ce qui n’est pas sans incidence si vous avez des caries ou des pathologies gingivales.

Les plus téméraires seront aussi tentés par un brossage au jus de citron. Vos dents seront certes plus blanches temporairement et la déminéralisation de l’émail irréversible… Alors soyons sérieux, levez le pied sur le café et la cigarette, faîtes un bilan annuel chez votre dentiste et gardez le citron pour aciduler vos cocktails !

Publicités